REVUE DE MUSICOTHÉRAPIE Supplément Spécial Liban – JANVIER 2017

ÉDITORIAL

Ce supplément du numéro 60 de « Musique-Thérapie-Communication » peut être considéré comme un numérocouverture mtc liban particulier, il concrétise pour la première fois la culture orientale et spécifiquement au Liban une nouvelle approche en relation d’aide qu’est la musicothérapie. Il faut souligner la diversité des origines professionnelles et des lieux d’intervention différents.

Avant la présentation de ces onze articles je tiens à remercier mes formateurs qui m’ont donné toute la confiance de lancer mon premier atelier au Liban- Beyrouth, l’A.M.Bx – Liban, merci donc à toute l’équipe qui travaille sous l’impulsion de Gérard Ducourneau.

  • Le premier écrit de Rita Slaïby Chahwan, éducatrice musicale dans un centre pour enfants à besoins spécifiques, formée à la musicothérapie (A.M.Bx-Liban) nous parle de son application de musicothérapie dans des séances individuelle : « M.E., Trisomie 21 et musicothérapie ».
  • Le deuxième écrit de Pauline El Hage, psychopédagogue dans une centre pour enfants à des divers difficultés, formée en musicothérapie (A.M.Bx-Liban) nous expose : « La musicothérapie auprès des enfants ayant des difficultés d’apprentissages ».
  • Le troisième écrit de Yara Bou Karam, musicienne et enseignante de piano dans deux écoles de musique à Beyrouth et formée en musicothérapie (A.M.Bx-Liban)  nous parle de : «  La musicothérapie, pour une meilleure musicalité… ».
  • Cendrella Akiki nous propose d’après son expérience de sociologue son premier atelier en musicothérapie dans le cadre du traumatisme de guerres : « Musicothérapie auprès d’enfants réfugiés et vulnérables ».
  • Le cinquième écrit de Solange Yared Haddad, éducatrice musicale dans une école au Liban, formée en musicothérapie (A.M.Bx-Liban) nous présente son atelier de musicothérapie dans le cadre d’enseignement: « Musicothérapie dans le cadre scolaire ».
  • Reine Chaaya psychologue dans une organisation libanaise montre tout l’intérêt dans « La musicothérapie auprès des refugiées » d’une application des techniques de musicothérapie dans un contexte pas facile.
  • Septième écrit de l’éducatrice pédagogue Laura El Zmeter, formée en musicothérapie (A.M.Bx- Liban)   : « Une dynamique au sein de la pédagogie ».
  • Huitième écrit de Rita Bassile, psycho éducatrice dans un hôpital psychiatrique qui nous montre comment la musicothérapie fonctionne avec les psychotiques chroniques et à la fin elle nous présente quelques témoignages sur son atelier : « La musicothérapie auprès des patients souffrant de trouble psychotique chronique ».
  • Lara Chamoun, ergothérapeute formée en musicothérapie (A.M.Bx- Liban) nous propose : « L’importance du je (u) musical et sensoriel dans la prise en charge d’un enfant autiste ».
  • Le dixième écrit d’Ali Jawad chanteur et formateur en théâtre formé en musicothérapie (A.M.Bx- Liban), parle de l’application des techniques de musicothérapie avec des adultes autonomes et travailleurs dans un lieu social : « Mise en œuvre de la musicothérapie dans un cadre psychosocial ».
  • Michella Haber, assistante médico-sociale formée en musicothérapie (A.M.Bx- Liban), nous partage son expérience en musicothérapie dans un cadre qui n’est pas facile entre la féminité et les traumatismes de guerres : « Musicothérapie avec des femmes refugiées ».

 

Cynthia Akiki

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*